Amnusique

Des sons qui restent en tête

jeudi

5

mars 2015

0

Commentaire(s)

Monarchy – The Beautiful Ones

Share on Pinterest

Monarchy The Beautiful OnesAujourd’hui Amnusique vous propose de vous ambiancer et de vous agiter avec le morceau intitulé « The Beautiful Ones » des Australiens de Monarchy. La formation est née en septembre 2009, à Londres, de la rencontre entre le DJ et producteur Andrew Kornweibel (Armstrong) et le chanteur et parolier Ra Khahn (Black). Parfois ils se font aussi appeler Edward Nigma et Peter Uzzle, c’est à s’y perdre, et à priori c’est bien leur but. Les influences et inspirations du duo passent aussi bien par la French Touch des Daft Punk – dont ils tirent certainement leur goût pour les visages masqués – que par le funk du grand Stevie Wonder ou par l’acid-house distillée par les Londoniens de The KLFMonarchy c’est une histoire atypique comme on les aime, un look déluré-chic à en faire pâlir les stylistes de Karl Lagarfield; mais ce sont surtout des mélodies percutantes – oscillant entre synthpop, électro-pop et disco – teintées de rythmiques qui fleurent bon les dancefloors. Le choix du morceau à vous faire partager aujourd’hui était cornélien tant les productions du duo Australien sont de qualité.

Avant de se faire connaitre avec le projet « Monarchy », le duo évoluait déjà ensemble sous le nom de scène « Milke ». Les deux Anglais d’adoption s’étaient rencontrés par l’intermédiaire d’internet. Pas sur un site de rencontre, non, loin de là. En réalité, Andrew, qui avait entendu la voix de Ra, décida de taper son nom sur Google pour entamer une discussion avec lui. C’est de cette première approche écrite sur la toile qu’est née l’envie pour les deux artistes de collaborer sur un projet musical commun. Quelques semaines après leur formation, le site internet du Guardian présentait déjà Monarchy dans sa chronique « le groupe du jour ». Le journal avait d’ailleurs réalisé ce même type de papier sur Milke, l’ancien groupe du duo. En février 2010, les Australiens sortent leur premier single intitulé « Gold In The Fire » sur le label Neon Gold Records. Ils réaliseront également cette année-là plusieurs remixes pour des artistes de renommée internationale tels que Kelis, Lady Gaga, Marina and the Diamonds, Jamiroquai, Kylie Minogue ou encore Ellie Goulding.

Une autre des particularités du duo Monarchy, après celles de leur rencontre googlesque et de leurs énigmatiques accoutrements, réside dans l’histoire de leur tout premier concert en juin 2010. Quand les artistes normaux, même si par définition aucun artiste ne l’est vraiment, donnent leur première représentation dans de petits cafés/salles sans prétention, d’autres comme Monarchy voient les choses en grand et la réalisent à Cap Canaveral, en Floride où est située la base de lancement spatiale, et deviennent ainsi les premiers artistes à être diffusés en direct dans l’espace. Rien que ça. S’ensuivront divers concerts moins farfelus mais tout aussi séduisants sur le papier comme aux festivals de Coachella, Love Box, The Big Chill ou encore le Festival Melt.  Le duo se produira également dans divers villes des Etats-Unis et d’Europe.

Toujours en 2010, Monarchy signe sur le label Mercury Records et doit sortir dans la foulée son premier album éponyme au mois août. Malheureusement, Mercury lâche le duo en cours de route et la sortie de l’album est annulée. Ce premier opus, qui sera finalement intitulé Around The Sun, sortira un an plus tard sur le label indépendant 100% Records et sera agrémenté de plusieurs pistes inédites. Le Guardian notera très bien l’album malgré des paroles qu’ils qualifient parfois « d’absurdes ». Paroles absurdes ou pas, toujours est-il que les excellentes mélodies des Black, The Colour Of My Heart, The Phoenix Alive, Love Get Out Of My Way, Maybe I’m Crazy, You Don’t Want To Dance With Me, Jealous Guy ou encore de Call garnissent nos ipods depuis plusieurs années, sans jamais produire la moindre lassitude.

En Février 2013, Monarchy revient avec un nouveau single intitulé « Disintegration » réalisé en collaboration avec l’icône du burlesque Dita Von Teese. La légende urbaine raconte d’ailleurs que l’Américaine, qui suivait Monarchy sur twitter, les auraient invité à venir passer Nöel avec elle à Paris. En plus de poser sa voix sur le morceau, Dita jouera également dans le très joli clip réalisé par Roy Raz. Le single fut égaelement accompagné de quelques remixes dont celui produit par l’excellent Mike Luck.

En 2014, le duo sort plusieurs singles et EP, dont Almost Human qui fut dévoilé le 8 septembre en exclusivité sur le site Vine. Cet EP de 6 titres, dont est tiré le morceau The Beautiful Ones que l’on vous présente aujourd’hui, était un avant-goût du nouvel album du groupe qui allait sortir début 2015. Bonne nouvelle pour les fans, ce second opus intitulé Abnocto, comportant 12 titres, vient de voir le jour en version numérique il y a quelques heures. La version physique est quant à elle entièrement financée via un site de crowdfunding. On vous laisse le soin de le découvrir. Bonne écoute à toutes et à tous.

Pays : Australie/Angleterre.
Style musical : Synthpop, Electro-Pop, Disco-Pop.
Nom(s) : Andrew Kornweibel, Ra Black.
L’info en plus : Pour réaliser ses morceaux, le duo Monarchy puise ses inspirations de différents thèmes récurrents comme ceux liés à l’origine de l’homme, à sa composition biologique ou aux mystères de l’espace.
Site web : ici
Maison de disque : Hacan Sound.

Articles similaires

Publié par : , Catégorie(s) : Nos morceaux, Pour s'agiter, Pour s'ambiancer

Graphiste et illustrateur dans une agence de communication le jour, administrateur et rédacteur web la nuit, Guillaume est le fondateur du site Amnusique.
Sa plus grande fierté ? Il est Carolomacérien. Sa plus grande honte ? Il a possédé (et écouté) l’album de K-Maro durant son adolescence. L’artiste le plus présent de sa playlist ? Très certainement Parov Stelar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *