Amnusique

Des sons qui restent en tête

lundi

19

janvier 2015

0

Commentaire(s)

Agnostica – Playground

Share on Pinterest

Agnostica PlaygroundAujourd’hui Amnusique vous propose de vous ambiancer et de vous agiter avec le morceau Playground de la formation Agnostica. Une fois n’est pas coutume, nous avons vraiment eu beaucoup de mal à dégoter des informations concernant ce mystérieux duo tout droit venu d’Autriche. Quand on effectue quelques recherches sur internet, on ne trouve que très peu de traces du binôme. La quasi-totalité des résultats nous envoyant même sur la page Facebook d’un groupe éponyme Indonésien qui fait du Black Métal. Bien loin du style « Ambientronica« , inventé par les deux Autrchiens, à califourchon (fallait oser le place celui-ci) entre les univers du Marseillais N’to, de l’Angevin Thylacine et des Biarrots/Parisiens de Synapson.

Nous avions découvert Agnostica, début 2013, par l’intermédiaire de son incroyable morceau « Lost », présent sur la compilation Audiokult Edition 5 sortie un an plus tôt. Et en parlant d’Audiokult, il semblerait bien que ce label basé à Vienne soit l’un des rares liens qui unissent le duo Agnostica et le monde réel. Les deux entités Autrichiennes sont toutes les deux nées en 2012, année charnière durant laquelle leurs premières coopérations musicales verront le jour. C’est d’abord sur le deuxième volet de sa compilation éponyme que le « records » mettra en lumière Agnostica et son planant « Believes ». Cette première mise en abime marquera le début d’une longue et fructueuse collaboration entre Audiokult et le duo.

S’ensuivront les publications d’Over Sea sur l’édition 3, de la prodigieuse « Improvisation Live » sur le quatrième opus, d’Intimate Play sur la compilation numéro 8, de « Let The Sun Shine » sur la neuvième et de « Middle Of Nowhere«  sur l’édition 17. Plusieurs autres productions d’Agnostica, dont « Memories » et « Finally Here », feront également partie de l’Audiokult Bedroom Recordings, une compilation, regroupant une centaine de morceaux lounges et chills, sortie en 2013. Le point commun entre tous ces titres ? Chacun d’entre eux était l’une des 26 pièces du puzzle qui allaient composer, quelques mois plus tard, le grandiose « 5400 », premier album d’exception d’Agnostica prévu pour fin 2014.

Il est difficile de ne vous évoquer qu’un seul morceau tant la qualité de ce cru 5400 est impressionnante. En plus des « Lost », « Improvisation » et « Believes » qui avaient déjà conquis le public, les deux Autrichiens ont su le surprendre un peu plus avec de nouvelles perles inédites dont ils ont le secret. Ces petites berceuses électroniques que sont « Return », « Stranded », « Upright » ou encore « Playground » raviront aussi bien les fans de la première heure que les nouveaux adeptes de ce discret duo. Teinté de mélodies au piano, de percussions bien senties et de basses dosées à la perfection, ce premier album bluffant de maturité devrait propulser la formation sur les devants de la scène. Un juste retour des choses. Encore faudrait-il que les Autrichiens communiquent un peu plus à leur sujet ! Amnusique lance un premier pavé dans la marre, espérons que d’autres suivront. Nous avons contacté le label pour avoir plus d’informations, affaire à suivre. Bonne écoute à toutes et à tous.

Autre morceau que l’on vous conseille : No Regrets, sorti sur l’EP Let The Sun Shine.

Pays : Autriche.
Style musical : Ambientronica, Electronica, Chill Out.
Nom(s) : /.
L’info en plus : Le nom Agnostica est une référence au terme « Agnostique » qui est une attitude de pensée, visant à considérer que l’existence d’un dieu est invérifiable.
Site web : ici
Maison de disque : Audiokult.

Articles similaires

Publié par : , Catégorie(s) : Nos morceaux, Pour s'agiter, Pour s'ambiancer

Graphiste et illustrateur dans une agence de communication le jour, administrateur et rédacteur web la nuit, Guillaume est le fondateur du site Amnusique.
Sa plus grande fierté ? Il est Carolomacérien. Sa plus grande honte ? Il a possédé (et écouté) l’album de K-Maro durant son adolescence. L’artiste le plus présent de sa playlist ? Très certainement Parov Stelar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *