Amnusique

Des sons qui restent en tête

vendredi

1

juillet 2016

0

Commentaire(s)

Entretien #18 – Cézaire

Share on Pinterest

Etretien #18 - CézaireAujourd’hui, Amnusique vous propose de découvrir son 18ème entretien, réalisé avec Jean Janin, aka Cézaire, patron du label Français Roche Musique et producteur de musique électronique. Quatre ans après avoir lancé son propre label, qui accueille aujourd’hui les incontournables FKJ, Darius, Kartell, Zimmer, Cherokee ou encore Dabeull, le Tourangeau Cézaire a dévoilé, le 10 juin dernier, son tout premier EP de cinq morceaux, intitulé « Seize The Day ». Désireux d’explorer de nouveaux horizons et d’exprimer ses sentiments les plus profonds, l’artiste s’est adjugé une nouvelle casquette en plus de celles de chef d’entreprise et de directeur artistique, grâce à toute l’expérience accumulée durant sa carrière ainsi qu’à sa riche palette d’influences amassées depuis son plus jeune âge. Cézaire a accepté de répondre à nos quelques questions sur ce premier opus, sur cette nouvelle facette de producteur qu’il souhaite pousser et sur ses futurs projets. Bonne lecture à toutes et à tous…

Amnusique avatarAmnusique :
Bonjour Cézaire, merci de nous accorder un peu de ton temps pour répondre à nos questions. On commence par la question traditionnelle, est-ce que tu peux te présenter rapidement pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore ? (Qui es-tu, d’où viens-tu, ton style de musique, ta formation musicale…)

CézaireCézaire :
Je suis originaire de Tours, une chouette ville du centre de la France où j’ai fait mes gammes et rencontré pas mal d’artistes, qui font aujourd’hui partie de mon label Roche Musique. J’ai débuté ma formation grâce à ma première passion, le basket, qui m’a amené vers le hip-hop, qui est, par définition, la musique de ce sport. J’ai ensuite dirigé mes envies vers la musique et j’ai eu l’opportunité de monter un label. Cela fait 4 ans.

Amnusique avatarAmnusique :
Alors justement, après avoir longtemps porté la casquette de patron de Roche Musique et exercé celle de producteur avec parcimonie en parallèle (quelques dates avec Roche Musique, quelques featurings avec FKJ, Dabeull, des remixes et pas mal de mixtapes) tu sembles être aujourd’hui décidé à pousser pleinement cette facette d’artiste. Quel a été l’élément déclencheur qui t’a fait franchir le pas et, ainsi, à enfin sortir ce premier EP

« La double casquette « directeur artistique de label » et « artiste » est complémentaire. Elle m’apporte une crédibilité non négligeable… »

CézaireCézaire :
Je ne sais pas s’il y a vraiment eu un élément déclencheur. Je pense que j’ai toujours eu cette envie de composer dans le sang, mais, je ne m’y suis jamais mis. Cela demande beaucoup de patience, d’apprentissage et j’avais d’autres choses en tête à l’époque pour m’y consacrer pleinement. Avec le label, j’ai tenté de créer un univers propice à la création musicale. Un entourage d’artistes fort, un studio et, surtout, du temps. Mais, je pense clairement que la double casquette « directeur artistique de label » et « artiste » est complémentaire. Elle m’apporte une crédibilité non négligeable.

Amnusique avatarAmnusique :
N’y avait-il pas une forme de petite frustration d’être considéré davantage comme un « chef de label, chef d’entreprise » plutôt qu’un artiste à part entière ?

« Je suis plus un Puff Daddy qu’un Francis Lalanne… »

CézaireCézaire :
Ça dépend dans quelle situation. C’est clair qu’avec les purs artistes que je croisais, il y avait une certaine méfiance par rapport à mon statut de label manager. On n’est pas vu de la même façon. Après, moi, je kiffe cette double casquette. J’aime ce travail de chef d’entreprise, il m’apporte de la stabilité, je suis loin du pur artiste vagabond, qui vit au jour le jour. J’ai un agenda assez serré, que je respecte et qui me permet d’être efficace. C’est sûr, je suis plus un « Puff Daddy » qu’un « Francis Lalanne ». Donc oui, le fait de pouvoir faire ce que j’aime vraiment au fond de moi me permet d’être plus épanoui dans mon travail. Je ne lâcherai pas les 2 facettes du métier qui me permettent, toutes les deux, une meilleure compréhension des choses.

Amnusique avatarAmnusique :
Ton premier EP « Seize The Day », c’était une façon pour toi de t’émanciper ?

CézaireCézaire :
Je n’ai pas fait un EP pour m’émanciper. Je l’étais deja avant de faire de la musique. J’ai fait cet EP parce que c’était un challenge, parce que j’avais des choses en tête à partager, mais aussi parce que ça m’a permis de mieux me comprendre. Je me sens libéré de l’avoir fait car que je l’ai vraiment sorti avec le coeur. À mon avis, quand on l’écoute, on se rend vraiment compte de l’influence que peuvent avoir les gars de Roche Musique sur moi. Et j’en suis fier !

Amnusique avatarAmnusique :
Est-ce qu’aujourd’hui, l’objectif est d’essayer de te détacher un peu des autres artistes de Roche Musique en jouant tes propres dates en solo ? Ou bien tu prendras les concerts qui viendront, peu importe si tes potes du label sont également programmés la même soirée que toi ?

« Je ne veux pas me détacher d’eux. Ce sont mes potes. Plus je joue avec eux et plus je me fais plaisir.… »

CézaireCézaire :
Je ne veux pas me détacher d’eux. Ce sont mes potes. Plus je joue avec eux et plus je me fais plaisir. Voyager,  jouer… ce sont des super moments. Je me suis amélioré musicalement grâce à eux également. Après, jamais rien ne m’a empêché de faire des dates en solo. Et j’en ferai encore. D’autant plus que j’ai un background musical différent d’eux. C’est une des forces du label que d’avoir des goûts musicaux différents.

Roche Musique

Amnusique avatarAmnusique :
On suppose que pour chacune des sorties de tes poulains de Roche Musique, tu as pu les aiguiller sur leurs choix et exercer ton œil de directeur artistique. Mais, maintenant que toi aussi tu as cette casquette d’artiste, qui va te donner des conseils et sa vision extérieure ? Les rôles vont-ils un peu s’inverser ?

CézaireCézaire :
Mon rôle est le même. Chacun est un peu le directeur artistique de son propre projet. Je leur fais beaucoup confiance là-dessus. Mon rôle de DA ne me donne pas non plus les pleins pouvoirs dans ce domaine, on fonctionne vraiment par l’échange, et ce, depuis le début. La sortie de mon Ep n’a rien changé.

Amnusique avatarAmnusique :
Après avoir écouté à plusieurs reprises les différents titres de l’EP, on a vraiment l’impression que tu as trouvé ta propre touche musicale. C’est planant, ultra-doux… Ça semble être un opus idéal pour débuter un apéro au calme (ouais, oklm quoi) ! C’est cette ambiance très apaisée que tu cherchais à transmettre à travers celui-ci ?

Je n’étais pas du tout dans une optique de « danser » ou « faire danser ». J’avais plutôt l’envie de faire passer des sentiments… »

CézaireCézaire :
En effet, on m’a souvent posé la question de la raison pour laquelle je n’avais pas fait un EP « club ». Cela viendra peut-être un jour, mais, l’esprit qui ressort de l’EP représente aussi l’atmosphère qui peut régner lorsque je suis au studio. Je n’étais pas du tout dans une optique de « danser » ou « faire danser ». J’avais plutôt l’envie de faire passer des sentiments. Je pourrais citer le bouquin de Marcel Proust « À la recherche du temps perdu ». J’ai utilisé la création musicale comme une recherche nostalgique du temps qui passe et que l’on n’arrive pas à capturer.

Amnusique avatarAmnusique :
Alors justement, « Seize The Day », c’est, certes, un putain de morceau de Wax Tailor, mais ça veut surtout dire « profiter de l’instant/du présent ». C’est aussi ce message que tu as essayé de faire passer sur cet EP ?

J’ai plutôt cherché à optimiser mon temps et à garder des plaisirs simples comme marcher, regarder autour de moi et prendre le temps d’apprécier ce que j’avais sous les yeux… »

CézaireCézaire :
Le message « profiter de l’instant » est finalement assez réducteur par rapport à la réflexion que j’ai eue cette année. « Seize The Day », c’est plutôt la finalité de cette réflexion. Dans une ville comme Paris, les tensions sont palpables, le stress aussi. Ce sont des choses que j’ai essayé d’éviter depuis le début. J’ai aussi subi des mutations depuis que je suis ici. Après ma blessure au basket, j’ai dû me repenser, j’ai dû organiser une entreprise et créer mon salaire tout seul. J’ai dû m’improviser DJ, RP, producteur, organisateur d’event…  J’ai dû changer ma façon de penser moult fois. J’ai été sujet au stress et à la peur de ne pas pouvoir tout faire, et donc, de réussir. Tous ces problèmes ont été résolus grâce à une meilleure organisation et une meilleure gestion de mon temps. Je n’ai pas bossé plus qu’avant pour autant, mais, j’ai plutôt cherché à optimiser mon temps et à garder des plaisirs simples comme marcher, regarder autour de moi et prendre le temps d’apprécier ce que j’avais sous les yeux. Cela m’a permis de m’inspirer et de m’influencer de mon environnement. Cela a été bénéfique pour mes passions en général.

Amnusique avatarAmnusique :
Parfois on a la sensation que tu as essayé d’associer quelques touches de R’NB à tes sonorités électroniques (notamment sur Purple Night et Give Me Your Love). C’est un style de musique que tu affectionnes particulièrement ? On aurait pu penser que tu partirais davantage sur du hip-hop ou de la funk !

« Le R’NB est LE genre qui permet de faire le pont entre le hip-hop et la funk.… »

CézaireCézaire :
En effet. Je dirais que c’est cette problématique qui a fait que j’ai sorti un EP aussi tard. J’ai mis du temps à gober toutes ces influences et à comprendre les différents genres. J’aime beaucoup de choses et je ne savais pas où je voulais aller musicalement. Voulais-je faire de la funk ? Du hip-hop ? De l’électro ? J’ai vraiment essayé de ne pas me cantonner à un genre, mais, plutôt d’essayer de faire ressortir toutes mes influences sur un seul et même morceau. Et puis, pour moi, le R’NB est LE genre qui permet de faire le pont entre le hip-hop et la funk.

Amnusique avatarAmnusique :
Tu peux nous parler un peu de Crenoka ?

CézaireCézaire :
Crenoka est une amie d’enfance que j’ai rencontrée au lycée ! Elle a vraiment une superbe voix et j’espère pouvoir rebosser avec elle assez vite sur d’autres projets.

Crenoka

Amnusique avatarAmnusique :
Et JJ, c’est Janet Jackson 😉 ?

CézaireCézaire :
JJ, elle vit à Singapour, je l’ai rencontrée lors de mon dernier passage.

Amnusique avatarAmnusique :
Les morceaux présents dans Seize The Day sont-ils voués à évoluer pour le passage à la scène, ou bien leur caractère, finalement, assez peu dansant ne sera pas un problème particulier pour le live ?

« Cet EP n’est vraiment pas destiné au club, mais, un projet plus dansant est dans les tuyaux… »

CézaireCézaire :
Cet EP n’est vraiment pas destiné au club, mais, un projet plus dansant est dans les tuyaux… 😉 
J’adore la culture de la danse et j’aime m’en inspirer pour mes DJ set. Je regardais beaucoup les « Juste Debout » des battles de danses, les sons allaient de la G-funk au hip-hop jusqu’à la funk. J’ai toujours voulu savoir ce que les BBoy aimaient écouter ! Ils ont l’oreille pour savoir ce qui fait danser.

Amnusique avatarAmnusique :
Aura-t-on également le droit à des clips pour certains titres de l’EP ?

CézaireCézaire :
On en est bien capable 😉

Amnusique avatarAmnusique :
Je suis un gros fan de la pochette de cet EP ! L’auteur est Charley Dupont, c’est un artiste que tu as connu à Tours, ta ville d’origine ?

CézaireCézaire :
Effectivement, encore fois encore, c’est un artiste Tourangeau ! Il est vraiment très talentueux et nous a fait beaucoup de projets avec Roche Musique.

Cézaire - Seize The Day

Amnusique avatarAmnusique :
Avant de passer à la partie plus légère de l’interview, un petit mot sur la campagne Kickstarter qui vient de se terminer ?

CézaireCézaire :
On l’a fait 😉

Amnusique avatarAmnusique :
On a une tradition sur Amnusique, c’est de demander aux artistes la pire daube qu’ils ont pu acheter étant jeunes (ou moins jeunes). Tu as forcément dû acheter un album ou un single bien pourri un jour ou l’autre ? Jusque-là nous avons eu BO de Pocahontas, le CD de la comédie musicale Notre-Dame-De-Paris ou encore le classique « Barbie Girl » d’Aqua.

CézaireCézaire :
À l’époque, j’étais un grand fan des singles. J’ai eu de grosses bombes comme Playa de La Clinique, Cheb Mami et Alliance Ethnik ou le fameux « Mon Papa à Moi Est Un Gangster » de Stomy Bugsy. Mais, j’ai eu aussi de belles merdes… Je pourrais citer Baby One More Time de Britney ou Amok de 666, à l’époque où je pensais que le tuning pouvait être cool.

Amnusique avatarAmnusique :
Au contraire, l’album avec un grand A que tu as écouté en boucle jusqu’à en dégoûter ton entourage ?

CézaireCézaire :
Disiz La PesteLe Poisson Rouge ! Je devais être en 6ème, je connaissais toutes les lyrics.

Amnusique avatarAmnusique :
Quand on tape Rochemusique.com sur internet, on tombe sur un site de massages en japonnais, c’est une activité extra-musicale que vous essayez de pousser ?

CézaireCézaire :
C’est, en fait, mon activité déguisée ! Le pire, c’est que j’ai fait des études pour être kiné à l’époque ! Donc, on n’est pas loin (rires).

Amnusique avatarAmnusique :
Une pluie battante vient inonder la planète. Heureusement, tu as construit l’Arche de Cézaire qui te permet d’embarquer toute la famille Roche Musique, sans exception. Il ne reste qu’une seule et unique place dans le bateau et tu aperçois Laurent Garnier et Sébastien Tellier en bas du ponton. Qui fais-tu monter ?

CézaireCézaire :
Je prends Tellier, direct !

Amnusique avatarAmnusique :
On a vu que tu t’étais auto-signé sur Roche Musique le 3 juin dernier. Tu es content des termes de ton contrat ou bien Jean Janin est un gros radin ?

CézaireCézaire :
Je pense m’auto-porter plainte parce que je me suis entubé moi-même. Oui, j’ai des dédoublements de la personnalité (rires) !

Cézaire

Amnusique avatarAmnusique :
Si tu n’avais jamais créé Roche Musique, vers quel label Français te serais-tu tourné pour tenter une aventure musicale ? Ed Banger ? Nowadays ? Hungry Music ? Kitsuné ? Un autre… ?

CézaireCézaire :
J’aurais créé un label français de saucisson dans le Vercors.

Amnusique avatarAmnusique :
Le fuet, y’a qu’ça d’vrai ! On termine par des réponses du « tac au tac » sur des questions que les titres de ton EP m’ont évoquées :
– Seize The Day – Profiter de l’instant… Si je suis de passage à Paris pour une heure, quel endroit me conseilles-tu d’aller découvrir pour profiter du moment présent  ?

CézaireCézaire :
Les petites rues cachées de Montmartre, sans hésiter, surtout en semaine, quand il n’y a pas trop de touristes.

Amnusique avatarAmnusique :
Life In Slow Mo – Le morceau idéal selon toi pour danser un slow ?

CézaireCézaire :
Un bon vieux Zouk Love collé-serré que j’aurais piqué dans la collec’ de Dabeull.

Amnusique avatarAmnusique :
Don’t Give Up – N’abandonne/Ne renonce pas… À quoi serais-tu prêt à renoncer pour que ton EP cartonne ?

CézaireCézaire :
À rien ! Ce n’est pas grave s’il ne cartonne pas, j’aurais fait mon job.

Amnusique avatarAmnusique :
Purple Night – La nuit pourpre/violette… Tu penses que, là où il est, Prince se fout sur la gueule avec Michael Jackson, ou qu’il fait un putain de bœuf avec Billy Paul et David Bowie ?

CézaireCézaire :
À mon avis, il doit être occupé à pécho.

Amnusique avatarAmnusique :
I Realize – Je réalise… La chose que tu aimerais réaliser d’ici les 5 prochaines années ?

CézaireCézaire :
Continuer à pousser le label, sortir un album, faire une emission de cuisine avec Joël Robuchon.

Amnusique avatarAmnusique :
Et bon appétit bien sûr ! Give Me Your Love – Donne moi ton amour… Pas trop triste de ne pas figurer dans le top 100 des mecs à adopter sur le site AdopteUnMec.com contrairement à Nekfeu, N’to, The Shoes ou encore Akhenaton ?

CézaireCézaire :
Ouais, super déçu… C’était un peu mon objectif cette anné de figurer dans le top 100… Mais, j’attends que le magazine « Maximal » m’élise comme « homme le plus sexy de France » l’an prochain !

Amnusique avatarAmnusique :
Merci beaucoup pour tes réponses Jean ! On te laisse le mot de la fin ?

CézaireCézaire :
Seize the Day !

Cézaire – Seize The Day

 

Articles similaires

Publié par : , Catégorie(s) : Entretiens

Graphiste et illustrateur dans une agence de communication le jour, administrateur et rédacteur web la nuit, Guillaume est le fondateur du site Amnusique. Sa plus grande fierté ? Il est Carolomacérien. Sa plus grande honte ? Il a possédé (et écouté) l'album de K-Maro durant son adolescence. L'artiste le plus présent de sa playlist ? Très certainement Parov Stelar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *