Amnusique

Des sons qui restent en tête

mardi

5

mai 2015

0

Commentaire(s)

Degiheugi – Endless Smile (Album)

Share on Pinterest

degiheugi Endless Smile (Album)Après plus de deux ans de travail, le beatmaker Degiheugi dévoile enfin son 6ème album, intitulé Endless Smile, dans lequel l’artiste se livre et se met à nu comme jamais il ne l’avait fait jusque-là. Pour financer cet opus empreint d’influences et d’ambiances allant du hip-hop au trip-hop en passant même parfois par la musique indienne, le Mayennais a fait appel à un procédé de plus en plus répandu dans le monde de la musique, celui du financement participatif, ou plus communément appelé « crowdfunding ». La générosité de ses nombreux fans et des internautes ont ainsi permis à Degiheugi de produire, en versions physiques, vinyles et numériques, cet excellent album comprenant 16 titres inédits, dont 4 featuring réalisés avec les artistes Ceschi, Josh Martinez, Andrre, Ghostown et Astrid Van Peeterssen. Du coté du visuel, Endless Smile n’est pas non plus en reste puisque c’est l’artiste Catalan Dulk qui s’est chargé de lui concocter un magnifique artwork dont lui seul a le secret. Amnusique décortique pour vous ce nouvel opus de Degiheugi et vous dévoile la liste de ses coups de cœur.

Qu’attendez-vous de moi ? (Piste 1) :
Il s’agit du titre d’ouverture de l’album Endless Smile et le premier extrait dévoilé par l’artiste pour faire patienter ses fans. Et quel extrait ! Degiheugi lance les hostilités de la meilleure des manières avec ce morceau, proposé sous une forme interrogative, dont les réponses pourraient surgir au fil des pistes de l’opus. Après « Le temps est bon »Degiheugi réalise un nouveau coup d’éclat en se ré-apropriant, dans une version plus electro-jazzy, la chanson éponyme de la chanteuse Belge Dany Gurdall.


The Most Beautiful Sample (Piste 2) :
Deuxième morceau et deuxième claque de l’album. Cette fois-ci, Degiheugi nous fait rentrer au plus profond de son jardin secret en nous proposant  le remix de ce qui semble être à ses yeux : « le plus beau des samples ». Chacun se fera son propre avis sur la question, mais une chose est certaine, la (trop) courte minute et trente-deux secondes du « Wonderwall To Be Here » de George Harrison mérite le détour. Le Malouin a vraiment le don pour dénicher les trésors musicaux oubliés.


♥ Betty (Piste 3) :
Le troisième morceau, intitulé Betty, est une jolie déclaration et un appel à l’évasion, bercé de sonorités trip-hop et hip-hop de la fin des années 90/début 2000. Ce titre, alliant percussions, guitare et voix semble même parfois flirter avec des sonorités tirées du rnb, sans jamais pour autant tomber dans la ringardise.


♥ Behind The Jukebox (Piste 5) :
Le cinquième titre de l’album nous apparait comme un évident mélange entre deux styles et univers différents. L’association entre une instrumentale que l’on pourrait retrouver dans les compositions du rappeur Eminem (en un poil plus lent et plus calme) et une touche plus significative du travail du beatkmaker Toulousain Al’Tarba, davantage axé sur de l’Abstract Hip-Hop.


♥ Bonsoir et Bonne Chance ( feat. Josh Martinez) (Piste 9) :
Deuxième extrait dévoilé par Degiheugi avant la sortie de l’album. « Bonsoir et Bonne Chance » est un peu le Positively Inclined de Wax Tailor en version Degiheugi. Parfois, on est un peu surpris par la façon de chanter (à la Art District) du rappeur Canadien et par le passage « je ne suis pas sûr d’être Charlie », mais l’instru est suffisamment puissante pour faire son petit effet. Le final du morceau a même un faux air de « Les médias » de Kool Shen, il n’en fallait pas plus pour nous séduire.


♥ Kolkata (Piste 10) :
Kolkata
(Calcutta) est la petite surprise de l’album, tout droit venue d’Inde. Nous avions déjà eu la chance de découvrir ce titre lors du live de Degiheugi à Toulouse. Devant l’enthousiasme de la foule en délire du Connexion, Jérôme avait alors décidé de nous dévoiler, en avant-première, ce petit voyage musical qui sent bon les épices orientales.


♥ I’ve Got An Opportunity (Piste 12) :
Dans ce morceau, on retrouve, à peu de choses près, les mêmes ingrédients qui nous avaient déjà tant séduits dans le titre « Un jour comme un autre » sortis quelques années plus tôt. Le rythme est entrainant et l’association entre les voix et les sonorités d’instruments à vent fonctionnent à merveille.


♥ A Dreader Sunny Day (Feat. Ceschi) (Piste 15) :
L’avant dernière piste est certainement l’une des plus hip-hop de l’album. Degiheugi, qui n’avait pas pu compter sur la présence de Miscellaneous de Chill Bump, pour cause d’emploi du temps un peu trop chargé, peut être rassuré. Cecchi a fait le boulot, on adore !


♥ Une Nuit Avec Elle (Piste 16) :
On en termine avec l’écoute de cet excellent Endless Smile, comme on l’avait commencé, par le biais d’un morceau marquant qui devrait s’ajouter à la longue liste des succès du Malouin. Degiheugi met un joli point final à son album dans une ambiance poignante et envoûtante, saupoudrée d’un soupçon de mélancolie. La voix de Patricia Carli vient ainsi conclure et répondre à la question initale posée par l’artiste.


Qu’attendions nous de toi ?
À l’image des émotions que tu réussis à nous procurer au quotidien : finalement, un sourire sans fin. Bonne nouvelle, nous avons eu que ce nous attendions. Vivement le prochain.

L’album est disponible ici et sur toutes les plateformes de téléchargement. Bonne écoute à toutes et à tous.

Pays : France.
Style musical : Trip-Hop, Abstract Hip-Hop, Electro, Hip-Hop.
Nom(s) : Jérôme V.
L’info en plus : Degiheugi faisait initialement partie d’un groupe de Rap avant de se lancer dans une carrière solo. Le Mayennais désirait s’éloigner du monde, trop étriqué, du Rap et du Hip-Hop pour laisser fleurir son imagination musicale et ses idées à travers d’autres styles : Le Trip-Hop et l’Abstract-Hip-Hop.
Site web : ici
Maison de disque : Endless Smile.

Articles similaires

Publié par : , Catégorie(s) : Albums et EP, Analyses

Graphiste et illustrateur dans une agence de communication le jour, administrateur et rédacteur web la nuit, Guillaume est le fondateur du site Amnusique.
Sa plus grande fierté ? Il est Carolomacérien. Sa plus grande honte ? Il a possédé (et écouté) l’album de K-Maro durant son adolescence. L’artiste le plus présent de sa playlist ? Très certainement Parov Stelar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *