Amnusique

Des sons qui restent en tête

mercredi

18

février 2015

0

Commentaire(s)

Dabeull – New Order (Feat. Holybrune)

Share on Pinterest

Dabbed New OrderAujourd’hui Amnusique vous propose de vous ambiancer et de vous agiter avec le morceau « New Order » du producteur Français Dabeull, réalisé en collaboration avec la jolie voix de la chanteuse Holybrune. David Saïd alias Dabeull est un musicien, producteur et photographe, originaire de Paris, faisant partie du cercle très fermé des artistes produits par le jeune label Roche Musique. Armé de sa belle moustache, de sa chemise Hawaïenne et de ses Ray Bans, le Parisien pourrait tout à fait nous convaincre qu’il débarque tout droit des années 80 de Tom Selleck. Ce sont d’ailleurs les musiciens de cette époque bénite qui ont permis à Dabeull de se forger sa propre identité musicale. L’univers du producteur est tourné vers la musique électro-funk, ou new-fonk comme il le définit lui-même, dans un style qui n’est pas sans nous rappeler celui de son ami FKJ. Les productions du Parisien sont chaleureuses, gorgées de soleil et baignées par d’éclectiques influences. S’il n’est pas Magnum, Dabeull pourrait tout de même se targuer d’avoir pu faire se trémousser les plus « Higgins » d’entre-nous.

C’est en 2010 que les prémices du projet « Dabeull » voient le jouravec la sortie d’un premier EP intitulé « Freaky Show », sur l’excellent label Mullet Records. Avant cela, David a longtemps évolué au sein de la formation  de musique techno « Donovan » (aussi connu sous le nom de KillDaHype) en compagnie de son ami Nicolas Nekmouche. Grâce à Donovan, il aura la chance de parcourir les quatre coins du globe et de réaliser des remixes pour des artistes de renom tels que les Crookers, les regrettés Teenage Bad Girl ou encore Sebastien TellierDavid a pourtant des envies d’ailleurs et une idée bien précise qui émerge au creux de sa tête. Celle de changer radicalement de style et d’en finir avec la musique techno qui ne lui correspond plus. Il se tourne alors vers l’ectro-funk en s’inspirant d’artistes aux univers variés, allant du zouk (celui qu’il qualifie de non commercial) au funk, en passant par la musique pop-rock ou l’électro. Dabeull est un grand fan des Queen, SantanaToto, du rappeur Mc Solaar ou encore de Todd Terje. C’est ce mélange d’influences qui donnera naissance au style si particulier de Dabeull.

Si aujourd’hui Dabeull fait partie intégrante des artistes du label Français Roche Musique, le Parisien a dû tout de même pas mal barouder avant d’en arriver là. Il sort d’abord quatre titres en 2010 sur Mullet Records, le label Londonien de nu-disco qui avait également fait signer Satin Jackets et Baxter, puis s’illustre avec un nouvel EP intitulé Breakaway en 2013, toujours sur ce même label. En 2012 et 2013, Dabeull revient a son premier amour, la musique techno, en sortant deux maxis (Skyy High et Breakwater) sur le label Bloodmusic de Fake Blood (les auteurs du mythique titre I Think I Like It qui a fait basculer dans la folie bon nombre de nos soirées). Il collabore ensuite avec le label Dim Mak Records de l’Américain Steve Aoki en réalisant un trap (sub-basse et grosse caisse) en version classique et RNB ainsi qu’un morceau plus techno sur l’une de ses compiltations. Le Français produira également quelques morceaux pour d’autres artistes tels que la (graphiste/dj) survoltée Missile ou le rappeur Wilow Amsgood et co-produira notamment les albums du quatuor pop-rock Starliners et du duo Mutine.

2013 marque un tournant dans la carrière de Dabeull. En effet, le Parisien décide de se lancer dans une aventure, sans label pour l’épauler, où il pourrait sortir un morceau, dans un esprit funk et groove, tous les mois. Cette nouvelle façon de travailler donnera naissance aux titres Don’t Stop réalisé avec la voix de Michael Tee (Michael Jackson), à AP6 ou encore Bluecar qui marquera le début de sa collaboration avec la belle Holybrune. Ces titres diffusés au compte-gouttes sur le Soundcloud du Parisien taperont dans l’oreille de Roche Musique qui décide de le faire signer sur le label et de sortir dans la foulée un premier EP intitulé Fonk Delight. Dans ce premier opus réussi, on retrouve certains morceaux que les internautes connaissaient déjà (TR 707 ou Don’t Stop), mais aussi des inédits comme Give Me Your Heart (réalisé une nouvelle fois avec Michael Tee) New Order et Movie Star, tous les deux en featuring avec Holybrune.

L’artiste se tourne également vers la réalisation et la production de vidéos avec son ami SJD, membre du collectif « The Coolege », et se fera connaitre un peu plus du grand public en publiant régulièrement sur Facebook, chaque semaine, des mini-vidéos intitulées « in DAstudio » le mettant en scène dans son studio d’enregistrement. Ses chroniques emballent très rapidement le public qui en apprend un peu plus sur la façon de travailler de ce savant fou de la musique funk et qui s’amasse de plus en plus sur sa page. La dernière vidéo en date le met d’ailleurs en scène avec une autre pépite (j’ai horreur de ce mot) de Roche Musique, le French Kiwi Juice : FKJ. Aujourd’hui Dabeull semble être encore le seul surpris par ce récent succès qui, disons-le, est tout à fait mérité. David Saïd est un artiste humble au talent fou qui devrait encore faire parler de lui dans les prochains mois. C’est tout le mal qu’on lui souhaite. Bonne écoute à toutes et à tous.

Pays : France.
Style musical : Electro-Funk, « New-Fonk ».
Nom(s) : David Saïd.
L’info en plus : Le nom Dabeull a été choisi par l’artiste en référence à l’une de ses particularités physiques. En effet, David est né avec un double lobe à l’oreille droite, ce qui lui a valu le surnom de « Dabeull’lobe » durant son enfance.
Site web : ici
Maison de disque : Roche Musique.

Articles similaires

Publié par : , Catégorie(s) : Nos morceaux, Pour s'agiter, Pour s'ambiancer

Graphiste et illustrateur dans une agence de communication le jour, administrateur et rédacteur web la nuit, Guillaume est le fondateur du site Amnusique.
Sa plus grande fierté ? Il est Carolomacérien. Sa plus grande honte ? Il a possédé (et écouté) l’album de K-Maro durant son adolescence. L’artiste le plus présent de sa playlist ? Très certainement Parov Stelar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *