Amnusique

Des sons qui restent en tête

mardi

16

juin 2015

0

Commentaire(s)

Carpenter Brut – Paradise Warfare

Share on Pinterest

Carpenter Brut Paradise WarfareAujourd’hui Amnusique vous propose de vous évader, de vous ambiancer et même de vous déchaîner, avec le morceau Paradise Warfare de Carpenter Brut. Nous ne connaissions pas le travail de cet artiste Français (qui se défend d’être Parisien (et il a bien raison, un pays ne se limite pas à sa capitale)) jusqu’à ce que nous visionnions, il y a quelques jours, une vidéo réalisée par Corridor Digital qui reproduisait des scènes du célèbre jeu-vidéo GTA dans la vie réelle. Cet excellent court-métrage de 3 minutes utilisait un fond musical qui allait éveiller notre curiosité et nous amener jusqu’aux productions de Carpenter Brut.

En effet, le morceau choisi par Corridor Digital pour habiller la vidéo n’était autre que Paradise Warfare, un titre mêlant sonorités électroniques balnéaires à la Darius (son EP Velour) et du rock, tirant parfois vers le métal symphonique. Cette association déjà très surprenante etait distillée dans une ambiance aux accents 80’s dont certains passages nous ramènent aux génériques de MacGyver, de Hooker ou même du morceau One Night In Bangkok de Murray Head. Mais qui est ce mystérieux Carpenter Brut ?

À en croire les différents blogs d’actualité musicale, il faut voir cet artiste comme le digne successeur de JUSTICE, de Kavinsky (à la différence près que Carpenter Brut fait de vrais lives, avec de vrais musiciens, contrairement au sus-cité) et de Gesafelstein (mouais…); dont l’univers électro (mais aussi graphique) flirterait avec celui du rock, du métal, des films des années 80 et des jeux-vidéo. Le Français a d’ailleurs réalisé récemment la bande originale pour le jeu Hotline Miami 2. Après s’être délecté des trois premiers EP de Carpenter – qui ont formé l’album « Trilogy » sorti en février dernier – nous avons pu nous aussi nous livrer au jeu des comparaisons; même si l’artiste ne semble pas très fan de ce procédé.

Sur quelques titres, c’est indéniable, on ressent effectivement une certaine similitude avec ce que font Justice et Kavinsky. On pense notamment à Escape From Midwich Valley, Le Perv, Disco Zombi Italia ou Looking for Tracy Tzu qui se rapprochent un poil de certains de leurs morceaux. Toutefois, se limiter à ces artistes très connus du grand public pour qualifier les productions de Carpenter Brut serait une erreur. Si les comparaisons avec la musique de Xavier de Rosnay, Gaspard Augé et Vincent Belorgey sont plutôt flatteuses, elles ne reflètent pourtant pas tout à fait notre ressenti sur le style de l’artiste.

Les premiers noms qui nous viennent spontanément à l’esprit en écoutant Carpenter Brut ? Dance With The Dead, le duo CHRISTINE avec qui Carpenter a déjà eu l’occasion de partager la scène, Sawagii et son excellent « Pray For Japan », mais aussi le Portugais Cosmic Sand qui, même si il frise parfois le plagiat de Kavinsky avec Power Ride et du Road Trip de Darius avec 9h00, a réalisé quelques coups d’éclats tels que LFTFRLIF, Thoughts et Sombra. Dans des registres un peu différent on peut également évoquer les productions 88:88 de Danger et Keep Up With You des Teenage Bad Girl, bon nombre de morceaux de l’album Skywriter de DatA (Renaissance Thème, Morphosis, Aerius Light…) ou encore l’ambiance plus 80’s de Starcadian (Dance Or Die).

En bref, ce n’est ni du Justice ni du Kavinsky et encore moins du Gesafelstein. La musique de Carpenter Brut est une association d’énormément d’influences qui, une fois liées les unes aux autres, donnent un univers musical à part entière à la fois sombre et dansant. Carpenter est un véritable jongleur de styles qui a réussi à se créer le sien autour de l’élément moteur qu’est la musique électronique. Bonne écoute à toutes et à tous.

Info pour les Parisiens : Carpenter Brut sera en concert le 25 septembre au Trabendo.
Cliquez ici pour réserver vos places


Pays :
France.
Style musical : Electro.
Nom(s) : Frank B. Carpenter.
L’info en plus : Le nom Carpenter Brut vient de l’association entre Jonh Carpenter, l’un des réalisateurs favoris de Frank, et le mot Brut, en référence à la marque de champagne qu’il buvait lors de la soirée pendant laquelle il a choisi son nom de scène.
Site web : ici
Maison de disque : No Quarter, Neuropa Records.

Articles similaires

Publié par : , Catégorie(s) : Nos morceaux, Pour s'ambiancer, Pour s'évader, Pour se déchainer

Graphiste et illustrateur dans une agence de communication le jour, administrateur et rédacteur web la nuit, Guillaume est le fondateur du site Amnusique.
Sa plus grande fierté ? Il est Carolomacérien. Sa plus grande honte ? Il a possédé (et écouté) l’album de K-Maro durant son adolescence. L’artiste le plus présent de sa playlist ? Très certainement Parov Stelar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *