Amnusique

Des sons qui restent en tête

jeudi

29

janvier 2015

4

Commentaire(s)

Mounika – Agreable

Share on Pinterest

Mounika AgreableAujourd’hui Amnusique vous propose de vous évader et de vous ambiancer avec le morceau « Agreable » tiré de l’EP « Basket Sound » du beatmaker Mounika. Un morceau qui porte bien son nom et qui définie merveilleusement l’univers posé, rayonnant et cinématographique du jeune producteur. Les mélodies du Poitevin résonnent comme une pellicule de film dont les images se seraient égarées et éparpillées au gré des notes. L’artiste laissant le soin à la magie et à la puissance de l’imagination humaine de recomposer ces images à leur guise. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Jules aka Mounika est un jeune producteur d’Abstract Hip-Hop et de Trip-Hop originaire de Poitiers, petite ville située dans la Vienne qui a récemment vu éclore les diamants bruts que sont Kognitif et le pétillant trio Jabberwocky.

Nous avions fait connaissance avec Jules, il y a quelques mois, grâce à son morceau « Napoline » qu’il nous avait fait partager via notre page Facebook. Pour produire ses mélodies, le beatmaker s’imprègne évidemment de son environnement proche mais également des nombreuses références artistiques qui viennent bercer sa vie. Il pioche aussi bien ses inspirations des films qu’il visionne que des mélodies dont il se délecte intra-auriculaires. BonoboAl TarbaSeekaeGuts ou encore Nightmare On Wax ne sont que quelques exemples parmi les artistes qui influencent le Poitevin au quotidien. On dit aussi que derrière chaque grand homme grand beatmaker, il y a une femme qui se cache. Mounika ne déroge pas à la règle et avoue bien volontiers que sa principale source d’inspiration n’est autre que sa muse, sa compagne. Et pour passer du mot muse à musique il n’y a qu’un pas.

La musique, Mounika l’a dans la peau depuis sa plus tendre enfance. C’est grâce à son père, lui aussi grand passionné de musique, qu’il découvre et apprécie les classiques que sont Air, DJ Mehdi, Mr Scruff et Neil Young. C’est pourtant seulement quelques années plus tard, au lycée, que Jules se lance réellement dans la musique en créant le groupe « Sweet Bang » avec plusieurs amis. C’est également durant cette période qu’il commence à s’exercer à l’art du piano. Le morceau Glassworks de Philip Glass, présent dans le film Breathless, sera l’élément déclencheur qui poussera l’artiste à s’intéresser plus particulièrement à cet instrument.

En 2012, et ce, après des années de pratique et quelques concerts aux succès en dents de scie, Jules décide de se lancer en solo dans un projet musical qu’il appellera « Mounika ». Son but est simple, parcourir les possibilités infinies qu’offrent le web et les vinyles pour trouver le « Perfect Sample » afin de pouvoir le sublimer. Dans une optique de progression constante, Mounika ne ménage pas ses efforts pour satisfaire au quotidien ses quelques milliers de followers. Avec près de quarante productions mises à la disposition des internautes en libre écoute et téléchargement, le beatmaker s’est construit une solide base de fans qui le soutiennent au jour le jour. Il vient d’ailleurs de sortir une nouvelle track intitulée Miss Winter pour fêter le 1500ème abonné de sa page Soundcloud.

Avec nous avoir gratifié de 4 EP (Beat Volume 1Dead Wrong (And Love Marie Laforet), Plage Beat-TapeBasket Sound), Mounika revient dans quelques semaines un tout nouvel opus qui devrait ravir sa communauté de fans. Bonne écoute à toutes et à tous.

Pays : France.
Style musical : Abstract Hip-Hop, Trip-Hop.
Nom(s) : Jules Verschueren.
L’info en plus : En novembre 2014, Mounika a tapé dans l’oeil du très bon webzine « Cultiz » qui a décidé de lui dédier deux articles. A découvrir ici et ici.
Site web : ici
Maison de disque : Dusted Wax Kindgom, Le Premier Sens.

Articles similaires

Publié par : , Catégorie(s) : Nos morceaux, Pour s'ambiancer, Pour s'évader

Graphiste et illustrateur dans une agence de communication le jour, administrateur et rédacteur web la nuit, Guillaume est le fondateur du site Amnusique.
Sa plus grande fierté ? Il est Carolomacérien. Sa plus grande honte ? Il a possédé (et écouté) l’album de K-Maro durant son adolescence. L’artiste le plus présent de sa playlist ? Très certainement Parov Stelar.

4 Commentaire(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *