Amnusique

Des sons qui restent en tête

mardi

20

mai 2014

0

Commentaire(s)

Entretien #2 – Elephanz

Share on Pinterest

entretien elephanz

Pour son deuxième entretien, Amnusique a frappé fort en dégotant le groupe Nantais Elephanz pour répondre à quelques questions. Pour rappel, Elephanz c’est une nomination aux victoires de la musique en février dernier et leur titre Time For A Change dans la publicité Numéricable. Les deux frères, Jonathan et Maxime ont accepté de nous répondre avec simplicité et humour !

Bonjour à tous les 2 ! Tout d’abord un énorme merci d’avoir répondu à notre appel pour réaliser cette petite interview. On vous suit depuis pas mal de temps sur Toulouse et c’est un honneur de vous avoir en entretien pour notre site Amnusique. Avant de commencer, voici le principe de nos interviews. On vous pose d’abord quelques questions classiques pour vous mettre dans le bain puis on passe à des questions un peu plus fun pour apprendre à mieux vous connaitre. Pour info, vous avez le droit à un seul « Joker Amnésie » pour tous les 2, qui vous permet de ne pas répondre à une question si jamais elle vous parait trop compliquée. On commence donc par du conventionnel, pouvez-vous présenter un peu votre groupe pour ceux qui ne vous connaissent pas encore ? (Membres, les fonctions de chacun, le style de musique, date de création etc…)

Jonathan : Elephanz est un groupe de Pop dans lequel on sévit depuis 2008. On a crée cette entité Max et moi  au début comme un laboratoire dans lequel on taillait des petites Pop-songs à l’anglaise. Ça n’a pas beaucoup changé depuis.

Maxime : Je m’appelle Maxime Verleysen. J’ai fondé le groupe Elephanz avec mon frère Jonathan en février 2008. Nos influences vont de la Pop des années 60 jusqu’au Rock actuel, de Brooklyn ou d’ailleurs. Sur scène, Jonathan fait de la guitare et moi du clavier. La particularité est que nous avons le chant lead (Le chant lead est un chant plus individuel où le travail d’interprétation et d’improvisation est plus important que dans le chant choral) tour à tour, parfois simultanément. À la basse, trompette et contre-chant, c’est Thibaud Vanhooland. La batterie est assurée par Clément Plaza-Illand

Bon comme d’habitude, la question classique, votre nom, ça vient d’où exactement ? C’est en référence à une conquête de l’un d’entre vous lors d’une soirée ? Vous pouvez le dire, avec un peu d’alcool on fait tous des erreurs…

Jonathan : Absolument on a ramené des amies après une soirée arrosée et on leur a demandé de choisir le nom qui allait nous définir pour les dix ans à venir… Tu as trouvé.

Maxime : « Elephanz » n’a aucun sens. Le mot évoque un animal mais le Z brouille les pistes. On l’a trouvé en 5 minutes simplement parcequ’il nous plaisait de le voir écrit. Il a pu nous être soufflé par le film de Gus Van Sant ou peut-être par une vie antérieure.

On a lu dans une interview que vous aviez créé le groupe en 2008 en rentrant d’une soirée. C’est la vérité ? Nous la seule chose bien qu’on est capables de faire en rentrant de soirée c’est de trouver un vendeur de kebabs ouvert… Vous avez pas une astuce pour rendre plus prolifiques nos fins de soirées ?

Jonathan : Plus la soirée est décevante et plus tu as envie de compenser par d’autres formes d’expressions. La soirée avait dû être vraiment naze.

Maxime : Oui on a eu l’idée du groupe au sortir d’un bar dans lequel nous avions cherché à chatouiller un peu le destin, mais nous avions échoué. Nous n’avions pas assez bu pour tituber et chanter à tue-tete comme des lads anglais mais suffisamment pour ressentir une petite amertume de n’avoir pas fait la rencontre exceptionnelle.
Un conseil, en soirée, essayez de vous détendre.


C’est quoi l’album ou la chanson que vous écoutez pas mal en ce moment ?

 

Jonathan : Je demanderai à mon voisin, nos murs sont très fins et il met la musique
vraiment trop fort !

Maxime : La chanson: Skyscraper de Elephant. L’album : le dernier Vampire Week-end.

Votre morceau Time For A Change est utilisé pour la pub du fournisseur d’accès à internet Numericable et ça tombe plutôt bien, j’ai des soucis avec ma box en ce moment. Votre contrat avec eux stipule que l’un d’entre-vous doit venir me la dépanner ou pas du tout ? Plus sérieusement, ça doit faire plaisir de succéder à Breakbot et d’entendre son morceau passer régulièrement à la télévision non ?

Jonathan : Ça doit faire super plaisir, quand je l’aurai vue je pourrai mieux en parler… Je ne tombe jamais dessus! On aime bien Breakbot, ça a compté dans la décision.

Maxime : Ça fait très plaisir. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin, moi j’aimerais qu’on plaque ma musique sur des images de Jennifer Lawrence en train de se brosser les dents.

Le 11 juin prochain vous êtes en concert dans la mythique salle de « La Cigale », à Paris. Elephanz à la cigale ça ressemble quand même vachement à une fable de La Fontaine vous trouvez pas ? On peut vous souhaiter quoi comme morale de l’histoire pour ce concert ?

Jonathan : « La loi du plus fort est toujours la meilleur, nous l’allons montrer tout a l’heure »… Je sais pas. En tout cas ça met la pression.

Maxime : Bonne remarque. J’adore Lafontaine, et je me glisse volontiers dans la peau d’un de ces personnages. Effectivement, la Cigale est un endroit mythique. D’ailleurs je n’y suis jamais rentré mais on va marcher dans les pas de tellement de types arrivés au pinacle. L’idée c’est d’en être digne, et faire de ce beau théâtre italien un four mi-cronde pour quelques heures.


La Cigale et la four mi-cronde, on apprécie le jeu de mots !
Question suivante, si vous n’aviez pas fait de musique, vous auriez exercé quel métier ?

 

Jonathan : Je ne sais pas trop, je faisais des études de droit, ça mène à beaucoup de choses. Je ne me rappelle pas une époque où j’ai voulu faire réellement autre chose.

Maxime : J’aurais été ingénieur, ou frustré, ou architecte. Mais pas pilote de ligne car j’ai raté les concours.


Dernière question conventionnelle ensuite on passe aux choses moins sérieuses. Vous venez de sortir l’édition Deluxe de votre album Time For A Change et vous faites un concert à la Cigale le 11 juin, vous avez d’autres gros projets dans les mois qui viennent ? Un album en préparation ? D’autres grosses dates importantes ? Aura-t-on l’occasion de vous voir bientôt sur Toulouse ? (Ndlr : Ils étaient en concert privé vendredi dernier au Bikini)

Jonathan : Nous allons faire des concerts pendant les mois qui viennent. Plus ou moins grosses, pour nous chaque date à de l’importance. Chaque date est révélatrice de quelquechose, et chaque date peut transformer le plomb en or.

Maxime : Nous démarrons la tournée. En parallèle, dans le tour-bus, malgré les vibrations, on avance sur le second album.

Il y a une très bonne scène musicale du côté de Nantes, malheureusement on va vous demander d’évincer un groupe qui en est originaire pour vous faire une place au soleil. Entre ces différents groupes, vous pouvez en faire disparaitre un seul à tout jamais pour qu’Elephanz puisse connaître le succès, vous choisissez qui ?

– Pony Pony Run Run – Trop Trop Bizarre Bizarre Comme Comme Nom Nom…

– C2C – Birdy Nam Nam c’est mieux…

– Tri Yann – Les kilts ça va 5 minutes…

– Tragédie – Parce que c’en est une…

Jonathan : Cette question est manifestement orientée, je ne choisirai même pas Tragédie. On regarde toujours ce que font les autres, leurs choix artistiques, leurs choix de carrières, et c’est une bonne manière d’avoir du recul sur son propre parcours. Nous sommes des centaines de groupes à jouer dans la même cour et pourtant on n’atteint pas le succès en supprimant ses concurrents en musique. C’est une bonne chose d’ailleurs, il y a de la place pour tout le monde. Le public a besoin de cette diversité.

Maxime : J’aime bien Tragédie, mais qui aime bien chatie bien… Alors bye-bye. Je ne vous entends plus hé ho, vous ne répondez plus hé ho… (facile)

Maxime on se te suit dans ton choix même si ce que dit ton frère est vachement beau !
Vous connaissez sans doute l’expression : Un éléphant ça trompe énormément. Et on sait que la fidélité et l’amitié sont des éléments essentiels pour qu’un groupe perdure mais si jamais on donnait le droit à chacun d’entre vous de « tromper » les autres membres d’Elephanz, juste pour un concert d’un soir, avec un autre artiste/groupe, vous choisiriez qui ? (N’importe quel artiste ou groupe)

Jonathan : J’irais faire la guitare pour Macca !

Maxime : Quand j’étais petit, j’étais persuadé que j’allais integrer les Beatles un jour (j’étais trop jeune pour savoir que Lennon n’était déjà plus de ce monde). Aujourd’hui, j’aimerais jouer avec les Pixies un soir, ou avec les MGMT.

On a une tradition sur Amnusique c’est de demander aux artistes de nous donner le nom d’un album qu’ils ont eu quand ils étaient plus jeunes et dont ils ont honte aujourd’hui. Vous c’était lequel ? Pour info j’ai eu le Dance Machine Volume 11… mais aussi l’album de K-Maro… voilà, c’est dit…

Jonathan : Attends tu crois qu’on a peur d’une telle question ?! : Spice Girls, Gala, Natalie Cardone, Lou Bega, Scatman, Boris, Fools Garden… Les 90’s bitch !

Maxime : Lou Bega….sauf que, je n’en ai pas vraiment honte…

Merci de votre franchise les frangins, nous aussi on a eu le fameux album de Lou bega…
A contrario, l’Album avec un grand A que vous avez usé, ré-usé et ré-ré-usé jusqu’à ce qu’il soit rayé et inutilisable tellement vous l’aimiez ?

Jonathan : Abbey Road, il est tout rayé.

Maxime : Je vais vous décevoir, mais moi, c’est La Disparition de Keren Ann. (dont au passage j’ai été longtemps amoureux)

On est allé écouter Keren Ann, outch… c’est dur !
Vous avez été nommés aux Victoires de la Musique dans la catégorie « Album de musique électronique ou dance de l’année ». C’est un peu surprenant de vous voir dans cette catégorie sachant que vous faites plutôt de la Pop. Du coup nous avons décidé de créer de notre côté, « les Victoires de l’Amnusique » et de vous nominer dans la catégorie « Album de musique Pop de l’année ». Vous acceptez de venir ? On a pas beaucoup de moyens mais on aimerait savoir ce que chacun d’entre vous réclame pour les loges.

Jonathan : Des shamallows, un feu de camp, des danseuses du ventre.

Maxime : J’accepte de venir mais j’exige un jus de carotte, du soleil et un massage.

Je masse plutôt pas mal et un membre d’Amnusique est Libanais, on devrait donc pouvoir s’en sortir pour la danse du ventre… Comme vous le savez, les éléphants du PS sont au pouvoir depuis 2012. Quand vous serez riches et célèbres, vous serez forcés de quitter le pays pour éviter de payer trop d’impôts. D’autres chanteurs/musiciens l’ont fait avant vous, à choisir, vous préférez rejoindre qui à l’étranger et pourquoi ?

– Johnny Hallyday en Suisse

– Florent Pagny en Patagonie

– Tony Parker aux States (oui oui, il a sorti un album…)

– Rester avec Michel Sardou en France

Jonathan : Les states. Mais c’est salaud cette histoire de Michel Sardou, ça force à partir.

Maxime : Moi je vais direct en Patagonie avec Pagny, mais j’achete également un coin de terre a san-Francisco.

On avoue que placer Michel Sardou c’était pas du jeu !
Dans votre chanson Do You Like My Song, vous parlez d’une fille sourde à qui on demande si elle aime une chanson. Si vous deviez choisir une chanson pour laquelle vous auriez préféré être sourds plutôt que d’avoir à la subir ce serait laquelle ? Nous on a choisi l’album entier de Tony Parker…

Jonathan : La chanson qui parle de sardines.

Maxime :  Imagine dragons, c’est pas fair trade.

Pour rester dans cette notion de lacunes physiques, on a notre ami Stéphane qui est un grand fan de Beethoven et qui fait du piano depuis 15 ans, malheureusement il a une calvitie à seulement 23 ans… Pour lui rendre la vie un peu plus agréable on lui a promis qu’il pourrait vous poser une question. Il insiste pour avoir une vraie explication pour les paroles de la chanson Do You Like My Song, vous pouvez nous en dire plus ?

Jonathan : La fille n’est pas sourde dans la chanson, elle est juste sourde à la parade d’amour du jeune homme. Et devant tant de dédain il se met à lui crier dessus de plus en plus fort pour qu’elle l’entende. La chanson ne dit pas si il parvient à se faire entendre.

Maxime : Nous avions l’ambition d’en faire une chanson slogan, un peu comme Jump around. Puis nous avons décidé de sublimer nos viles pulsions en les tournant en dérision. Un type crie à l’oreille d’une nana qui ne l’entend pas. Il lui crie des mots d’amour pervertis et de haine. C’est de la fiction.

Comme quoi, chacun a sa propre interprétation de la musique et des paroles, ou alors, on est juste des gros nazes en anglais. Pour finir, on voudrait instaurer une autre tradition pour les groupes qui acceptent de réaliser nos interviews. C’est la mode du selfie en ce moment, vous pouvez en faire un spécialement pour nous et nous l’envoyer ?

selfie_elephanz_amnusique


Voilà c’est terminé !
Merci beaucoup d’avoir joué le jeu avec tant d’humour et de dérision, je pense que ceux qui vont nous lire apprécieront votre simplicité et votre bonne humeur. On vous laisse le mot de la fin :


Jonathan : Il faut arrêter cette mode du selfie.
Maxime : J’ai cherché, je n’ai pas trouvé selfie dans le larousse… du coup je reste penaud…

 

Vous pouvez suivre Elephanz sur :
Site web :Ici
Facebook :Ici
Soundcloud :Ici
Youtube :Ici
Leur album :Ici

Articles similaires

Publié par : , Catégorie(s) : Artistes, Entretiens

Graphiste et illustrateur dans une agence de communication le jour, administrateur et rédacteur web la nuit, Guillaume est le fondateur du site Amnusique. Sa plus grande fierté ? Il est Carolomacérien. Sa plus grande honte ? Il a possédé (et écouté) l'album de K-Maro durant son adolescence. L'artiste le plus présent de sa playlist ? Très certainement Parov Stelar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *